Questions-réponses pour Cycle 1

27/01/19

Voici un mail que j’ai reçu cette semaine de la part d’une collègue. Celle-ci a expérimenté l’histoire des petits lutins avec un groupe de GS. Je diffuse ses questions, avec son autorisation et en la remerciant, car cela me donne l’occasion de répondre « en direct » !

« Bonsoir Florence,

j’ai fait la séance sur les étirements mardi avec le groupe de 18 GS de ma classe, ce jour là, le groupe était un peu agité, avec des enfants pas du tout dans l’envie de se concentrer (certains mal à l’aise je pense se contentaient d’en rire!) malgré tout, cela a bien fonctionné pour les autres, je pense reprendre avec toute la classe (+ 11 PS) en adaptant sans doute bien que je trouve que les petits sont plus réceptifs à ce genre d’histoire que les grands même si certains sont encore dans l’observation.

Ce qui me gêne le plus en faisant avec les enfants (et j’ai pourtant envie de le faire!) c’est de ne pas pouvoir suffisamment les observer…

S’il y a d’autres histoires, je suis preneuse. Merci.

Myriam »

Myriam, merci beaucoup pour ces questions et ces remarques ! Voilà ce que je peux vous répondre, avec prudence car aucun groupe ne ressemble à un autre…

  • Concernant la taille du groupe : je pense qu’il vaut mieux commencer avec un demi-groupe classe (si l’effectif tourne autour d’une trentaine d’élèves). Concrètement, des enfants si jeunes sont déstabilisés par un grand espace, par la nouveauté des exercices, et leur schéma corporel est encore balbutiant ! Je conseille donc de faire quelques séances en demi-groupe avant de prendre le groupe entier.
  • Les GS et les PS n’ont pas du tout la même finesse de perception de leur schéma corporel : les PS ont parfois du mal à plier les jambes pour s’asseoir en tailleur ; beaucoup ne savent pas faire « le chat »… La passation des consignes n’est donc pas du tout la même entre les 2 niveaux. Mon conseil : pour les deux semaines qui viennent avant les vacances,si possible, faites les séances en coupant le groupe : GS d’un côté, PS de l’autre.
  • Autre observation effectuée auprès des TPS-PS de ma collègue Catherine, certains petits ne savent pas ce qu’est une tortue, une montagne, une grenouille... Pour ces enfants, une image est utile. Pour ma collègue, j’ai donc fait un petit diaporama avec des photos et les images des postures scannées à partir des cartes Pédayoga. Cela semble aider les enfants à se faire une image mentale des animaux-objets représentés.

          Résultat de recherche d'images pour "image tortue"                                                        tortue jpg

  • Concernant le principe de faire avec eux : je pense qu’il faut faire les postures avec eux. Ma professeur de yoga dit : « il faut les précéder ». (Et même si certaines postures sont compliquées pour nous adultes !) C’est notre posture qui leur donne l’impulsion : ils suivent, ils font comme nous. Cette manière de faire permet beaucoup de choses : une économie de mots, le plaisir de faire ensemble.
  • Concernant le fait que certains rigolent : inévitable pour les 1ères séances, car on propose-là des exercices différents. Faire la grenouille, il y a de quoi rire ! Résultat de recherche d'images pour "grenouille"Une seule règle : « ne pas se bousculer, ne pas gêner les camarades ». Soyez rassurée : rapidement, ils rentreront dans la proposition. image25
  • Le principe de proposer de faire des animaux ou des végétaux a un autre intérêt encore : quand il faut reprendre un enfant, je ne dis pas son prénom mais « Je n’ai jamais vu une souris parler ! » ou « Je n’ai jamais entendu des papillons papoter ! ».
  • Concernant l’impression de ne pas tout voir : c’est vrai, au début. J’ai adopté une technique, sans savoir si elle est parfaite : pour la 1ère proposition, je fais, sans vérifier sauf en regardant de là où je suis. Les fois suivantes, comme ils connaissent mieux le mouvement, je fais puis je tourne dans le groupe et ils me montrent ce qu’ils réussissent. Cela étant, je ne reste pas longtemps sur un mouvement/une posture, sinon le groupe s’agite. Enchaîner relativement rapidement permet de ne pas ennuyer les enfants, d’être dans le mouvement et dans le jeu.
  • Pour ce qui est d’autres histoires… d’accord, je vais en imaginer d’autres !

MERCI à vous pour votre curiosité et votre enthousiasme !

Bonne application et à bientôt.

Florence

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s